L’Akita

L’histoire

A l’origine chien de chasse a l’ours et aux gros gibiers l’Akita en a gardé son instinct chasseur, d’où son flair exceptionnel et son courage légendaire.
Il failli disparaitre et fut déclaré monument national au Japon pour permettre à la race d’être sauvée.
Il servit ensuite, au grand malheur de la race, de chiens de combats. Les séquelles que nous ont laissé ces années sont: sa forte dominance et sa susceptibilité envers ses congénères de même sexe.
Mais grâce à ce passé nous comprenons mieux ce chien digne et fier qui n’a pas froid aux yeux.
En bon prédateur le respect du territoire est essentiel pour la chasse, tout comme le calme et le silence.
Tout ceci en fait donc un bon gardien qui n’aboie qu’à bon escient et ne se déplace que si cela est nécessaire (en cas de danger!). Protéger son territoire et donc sa famille est très important à ses yeux.

aiko31


L’Akita dans tous ses états

L’Akita Inu est un chien d’origine Japonaise. Son nom signifie chien de la province d’Akita. Il fait parti du 5ème groupe, celui des spitzs, chiens nordiques et des primitifs.
Chien de grande taille (env. 61 cm pour la femelle et 67 cm pour le mâle avec une tolérance de +/- 3 cm), sa couleur peut être roux et blanc, sésame, bringé ou blanc. Il doit avoir la queue enroulée sur le dos, les oreilles dressées et inclinées vers l’avant, les yeux foncés et bridés, ne pas être monorchide ou cryptorchide (manque de 1ou 2 testicules), poil long… (cf. standard de la race).

Les points positifs :
Bon gardien, il est peu aboyeur et calme, ce qui le rend facile à vivre. On peut l’amener partout si il est bien socialiser : chien qui sort souvent et est confronté au monde des humains, et si possible du votre.

Respectueux de son environnement et propre par nature, il est très facile à vivre en maison comme en appartement.
Chien fidèle, il sait être indépendant et supporte aisément la solitude.
Contrairement à ses cousins les nordiques, il n’est sert pas à tirer les traîneaux ; lui préfère les ballades tranquilles et bronzer au « soleil levant ».
Il s’accommode très bien aux autres animaux de la maison (chats, oiseaux…) et adore les enfants (voir fiche technique).

Les points négatifs :

C’est un chien fier qu’il faut toutefois socialiser dès son plus jeune âge (chien socialisé = chien qui sort souvent et qui est confronté au monde des humains). Des Akita deviennent peureux et aboyeur à cause d’un manque d’expérience avec le monde qui les entoure.
Ce chien a du caractère : c’est ce qui fait son charme. Usez de trop d’autorité et vous aurez un chien peureux et/ou agressif, il faut être un maître juste et logique : un « NON! » est un « NON! » et pas un « BON D’ACCORD !?, COMME TU VEUX?! ». Le Akita est très sensible, si on sait lui parler (une friandise, une caresse …) on peut obtenir énormément de chose de lui. Ne jamais frapper votre chien, cela pourrait le rendre agressif.
Il est regrettable et déplorable de signaler que nos chers Akita qui sont en général rustique et solide, contractent certaines maladies génétiques comme l’adénite sébacée (maladie de peau), la dysplasie des hanches (coxo-fémorale), le VKH….
Pour l’adénite, il vous faut tout de même savoir que sûrement la grande majorité de nos lignées sont porteuses du gène, et personne ne peut affirmer que leurs lignées sont saines. De plus, il existe un traitement mensuel, à vie certes, mais peu onéreux. C’est une maladie non douloureuse pour le chien s’il est traité convenablement.
Pour la dysplasie, certains cas sont récupérables mais aux moyens de frais et soins vétérinaires conséquents.
Par contre, le VKH est une maladie douloureuse qui impose un traitement rapide et quotidien à la cortisone, pour éviter des souffrances atroces voire le décès de son animal.

Le problème majeur de cette race est sa forte susceptibilité envers ses congénères de même sexe. Méfiez vous des bagarres, prenez vos responsabilités : tenez le en laisse lors des promenades (surtout à sa maturité sexuelle environ 9 mois) ou faite le stériliser et sachez le maîtriser.

FAM


 Éducation positive :

La méthode du clicker-training allie la méthode douce et naturelle, en ôtant toute contrainte. Cette méthode est super pour les chiots et même pour les adultes (contrairement aux idées reçu un chien apprend à tout âge). Cette méthode est très efficace et appréciée par l’Akita : gros dur au cœur tendre ! Elle consiste à inciter le chien à vous obéir par son pur plaisir tout en le laissant libre de choisir (pas de contrainte de domination extrême : ce que déteste l’Akita !). C’est vraiment la méthode parfaite pour être en communion avec son animal. Le clicker produit un son qui permet à l’animal de savoir que ce qu’il vient de faire est très bien et qu’il doit le reproduire. Pour renforcer et accélérer cette compréhension, une friandise est donnée au chien. Ensuite, à lui de proposer une action pour faire retentir le clicker et avoir sa récompense.cn22

A ceux qui pensent que donner une friandise à un chien, ne permet pas de créer un lien avec son maître, ils sont totalement dans l’erreur : pour votre chien au départ, vous n’êtes qu’une gamelle. Ensuite, le chien apprend à vous apprécier. Le clicker permet beaucoup plus rapidement de créer ce lien. De plus, « tout travail mérite salaire » : pour nous humain c’est l’argent ; pour le chien, c’est la friandise ou son jouet préféré.

 Pour ma part,  mes chiots dès l’âge de 8 semaines partent à l’école du chiot (si cela est possible), où ils apprennent les règles de bases de l’éducation (assis, couché, le rappel et la marche au pied), les longues ballades en voiture, les objets et les gens nouveaux. J’utilise cette méthode d’éducation : le clicker-training. Elle consiste à se servir de l’aptitude naturelle du chien pour lui expliquer les ordres de base, et surtout, point important, elle permet au chien de réfléchir (développer son intellect). Cette méthode convient tout à fait à l’akita qui a besoin de sentir que c’est lui qui décide ; et qu’il agi pour faire plaisir à son maître (par amour), sans violence aucune (pas de coup de sonnette ou de punition quelconque, habitude courante de la méthode traditionnelle des cours d’éducation !). Il est assez étonnant de voir avec quelle rapidité le chiot apprend : en seulement deux leçons d’un quart d’heure, mes chiots apprennent le assis, la marche au pied et le rappel… et tout cela en s’amusant comme des fous. Cette méthode est très facile à apprendre et vous pourrez trouver des éducateurs qui sont adeptes du clicker dans votre région sur le site de la MFEC.


Comprendre son chien :enfant1

De nos jours, grâce à la magie d’internet il est très facile de se documenter correctement, donc avant d’adopter tout chien, il y a des recherches à faire de base :                                                                                                                                                                                                     – On apprend les signaux d’apaisement canin

– on se documente sur le comportement canin

– on s’informe sur les méthodes douces d’éducation

Il y a des règles de bases essentielles que tout maître doit connaître tels :
– Pas vu, pas pris, Pas grondé.
– On ne nettoie jamais devant le chiot quelle que soit la bêtise.
– On félicite toujours le chiot qui obéit à un ordre.


 Légendes urbaines :

Vous entendrez beaucoup de gens dire / affirmer que l’homme doit dominer son chien, et par conséquent qu’il doit soumettre ce dernier à son bon vouloir. On s’est rendu compte depuis de nombreuses années que l’on était 100% dans l’erreur grâce à de nombreuses études du comportement canin et qu’il était bien plus agréable et efficace de vivre en bonne harmonie et dans le respect avec eux.

Malheureusement, les vieilles habitudes ont la vie dure et donc sont nés de nombreuses inepties dans la socialisation et l’éducation du chiot : ce que moi j’appelle des légendes urbaines (on sait pas pourquoi on le fait, mais « on » nous a dit qu’il fallait le faire).

en bleu : les vielles habitudes

en rouge : le désespoir de l’amoureux des chiens

en vert : la correctionjeux

 

« Lorsqu’un chiot fait une bêtise, secouez-le par la peau du cou en le soulevant, car c’est ce que fait sa maman ! »
C’est totalement faux !
Jamais aucune chienne ne punie ses chiots de cette façon mais c’est comme cela qu’elle tue ses proies !
Donc ne secouez jamais votre chiot par la peau du cou, il pensera que vous voulez le tuer et perdra la confiance qu’il a en vous !
Sans compter les soucis que vous risquez de causer à ses cervicales !

« Lorsqu’un chiot ne vous obéit pas, ou s’il est dominant, mettez-le sur le dos en lui tenant le cou, jusqu’à ce qu’il ne bouge plus ou vous lèche, car c’est comme cela que se fait respecter le chef de meute ! »
C’est totalement faux !
Un vrai chef est juste, serein, et n’a pas besoin d’affirmer son autorité par de la soumission extrême à tout bout de champs. Ce n’est jamais le chef qui oblige l’autre chien à se mettre sur le dos mais c’est le chien  qui se couche par son bon vouloir devant lui. Pratiquez cette méthode et votre chien vous associera à un tyran et non un vrai chef. Il en résultera un manque de confiance en vous, un manque de repère serein et vous risquerez d’en faire un chien peureux et/ou agressif et surtout peu obéissant. Ceci est d’autant plus valable chez les chiens de type primitif, Spitz et nordiques.

« Pourquoi ne mets tu pas une branler à ton chien quand il fait une bêtise ? Si tu veux que ton chien te respecte et t’obéisse, tu dois le gronder violemment ou le frapper ! »
C’est totalement faux !
Un vrai chef de meute se bat très rarement. Il n’a qu’à grogner légèrement pour se faire respecter.
Donc si vous battez votre chien ou si vous lui hurlez dessus pendant « des heures », cela ne servira à rien. Aux yeux du chien, vous ne serez pas considéré comme un vrai chef mais, en plus, vous risquez de voir votre chien vous grogner. Il vaut mieux récompenser et renforcer les bons comportements, que réprimander les mauvais. La punition la plus adapté pour un chien est de l’isoler de ses maîtres un court temps. Ce sera plus efficace vous verrez !

« Le chien est stupide et vous devez lui donner des ordres brefs en criant, sinon il ne comprendra pas ! »
C’est totalement faux !
Premièrement, le chien entend 4 fois mieux les sons que nous et entend des sons qui ne sont pas perceptibles (ultra-son, infra-son) à notre oreille. Donc même si vous lui chuchotez un ordre il l’aura entendu ! Ensuite, le chien n’est pas stupide et bien au contraire il nous comprend bien mieux que vous ne pouvez l’imaginez. Plus vous développerez le mental de votre chien et plus il vous comprendra. C’est vous qui faites l’intelligence de votre chien par le travail (éducation) et par la vie que vous allez avoir avec lui (s’il vit à votre contact au quotidien, il vous comprendra mieux qu’un chien qui vit dans un chenil que l’on ne voit que pour le nourrir). Ensuite, votre chien perçoit également toutes vos émotions (stress, peur, joie, angoisse…) et donc il sait lui si vous allez bien ou non sans que vous le lui disiez.

Malheureusement, vous entendrez très régulièrement ces discours, y compris de professionnels canins tels des éducateurs, des comportementalistes ou même des vétérinaires. Ignorez ces personnes incompétentes ! Il serait temps qu’ils commencent à se former correctement !

 


Ma rencontre avec l’Akita

Passionnée de chiens nordiques depuis mon plus jeune âge avec une préférence pour les chiens de type spitz et primitif, j’ai découvert un jour l’Akita Inu. Hanoï est arrivée dans la famille en décembre 1992, âgée de 7 jours elle venait de surmontait l’épreuve de la séparation brutale, mais nécessaire, avec sa mère.h31
Issue d’une portée de 12 chiots, l’éleveur très âgé ne pouvait se permettre de donner les biberons nécessaires à leur survie. Par chance, il décida de m’offrir un des chiots en échange de bons soins. Malgré la fragilité d’un chiot nouveau né, Hanoï évolua progressivement dans notre famille et due s’accommoder d’une maman de substitution humaine.

Une fois la période critique passée, elle revit sa mère plusieurs fois sans attache affective. Doudoune, surnom de Hanoï, se trouve être bien socialisée surtout dans le monde des humains, mais elle aurait pu être complètement déstabilisée par le manque de relation avec le milieu canin (il est déconseillé et surtout interdit de retirer les chiots de leur mère avant 8 semaines en raisons des problèmes évoqués ci dessus: survie et socialisation).

Je fut tout comme ma famille séduite par cette race, très proche de ses cousins chiens de traîneaux par leur physique mais si opposés par leur caractères. Après mûre réflexion, nous accueillîmes quelques années plus tard un second chien nommée Natsumi. Et c’est ainsi que l’élevage familial débuta . Natsumi fière de présenter ses premier bébés dont le papa est Naoya de Mori d’haro Kawa appartenant à Jocelyne Brassac.nats1ere_portee_raime